François IGERSHEIM

Professeur honoraire d’histoire de l’Alsace

EA 3400 ARCHE – Université de Strasbourg

Résumé

La libération de l’Ouest de la Lorraine en septembre 1944, est le fait de deux offensives convergentes : au nord celle de la troisième armée américaine, venue de Normandie, au sud celle de la Septième armée américaine venue de Provence.

Notre contribution vise à décrire l’organisation, le déploiement, l’évolution de l’activité du service Civil affairs des unités de la 7e armée en Lorraine, les problèmes civils qu’il décrit et qu’il s’efforce de résoudre, compte tenu des impératifs militaires.

Les QG des unités américaines sont établis à Vittel (6e Groupe d’armées), Épinal (7e armée) Plombières (6e Corps d’armée) et Lunéville (XVe Corps d’armée -79e DIUS et 2e DB - antérieurement à la 3e armée). Au mois d’octobre les activités des unités combattantes américaines sont, à l’exception d’opérations ponctuelles de la 7e armée au sud, entrées dans une phase semi-statique. Ce n’est pas le cas pour les services Civil affairs des unités fortement sollicitées pendant ces semaines. L’administration française a été installée aux premières heures de la Libération : les Civil affairs et leurs répondants français de la Mission militaire de liaison administrative française n’ont plus à s’en préoccuper. Mais ils doivent assurer la liaison avec elle (préfets, maires, services techniques, services économiques et financiers) pour la remise en marche des équipements et service publics (eau, gaz, électricité, téléphone) dont ont besoin et la population civile et… les unités américaines. Les Civil affairs doivent également assurer la coopération avec les autorités françaises pour la réglementation de la circulation des civils et la prise en charge des réfugiés. À la première phase d’installation, marquée par des cantonnements d’urgence, souvent dans les locaux antérieurement occupés par les Allemands, souvent aussi dans des bâtiments publics (écoles) ou usines, succède la période où il faut organiser les séjours plus durables (dont des hôtels ou habitations privées) et prévoir les indemnisations indispensables. Il en va de même pour les réquisitions des premiers jours, puis pour les achats de l’intendance américaine et ceux des soldats, dont il faut prévoir les permissions : cinémas etc.… Les accords franco-américains du 23 août sur le prêt bail réciproque se mettent en place. La situation alimentaire de certaines localités est critique et l’administration française manque de moyens de transport ; les Civil affairs prêtent leurs camions et s’engagent à livrer des produits indispensables, du lait en poudre à l’eau de javel pour l’eau de la distribution publique. De nombreuses usines, paralysées par le cantonnement ne pourraient pas fonctionner vu le manque de combustible, de matières premières ou l’absence de moyens de transports. Les commandes américaines (métallurgie, textile, produits alimentaires) et surtout les embauches pour les installations et les chantiers militaires, ne compensent pas ces pénuries. Mais là encore, après une première phase de prise en charge urgente par les intendances des unités, succède la phase d’application des accords franco-américains sur les ouvriers militaires mis à la disposition des forces américaines. Enfin, les Civil affairs renseignent sur l’attitude de la population envers les forces américaines, juste à la veille du 11 novembre qui célèbre l’armistice de 1918, arraché par les alliés franco-américains.

 

Biographie

Professeur honoraire d’histoire de l’Alsace à l’Université de Strasbourg, ancien rédacteur en chef de la Revue d’Alsace, à présent rédacteur en chef du Dictionnaire Historique des Institutions de l’Alsace.  Sa  recherche a  porté sur l’histoire  politique de l’Alsace des XIXe et XXe siècles, sur l’histoire des représentations et du patrimoine. L’histoire de la Seconde guerre mondiale et le retour de la France en Alsace a constitué un centre d’intérêt : la France libre et l’Alsace, l’Equipe spéciale d’Alsace et de Lorraine, la mission militaire d’ officiers alsaciens et lorrains attachés à l’armée américaine ainsi que le service Civil affairs de l’armée américaine.

 

Bibliographie sélective

L'Équipe Spéciale d'Alsace et de Lorraine, officiers alsaciens-lorrains pour la libération de l'Alsace et de la Moselle,

Revue de la Fondation  de la France libre, déc. 2014- mars 2015. 

L'Alsace politique 1870-1914, PUS 2016

Les officiers « civil affairs » de la septième armée américaine dans la crise de janvier 1945 en Alsace. Guerres mondiales et conflits contemporains 2017/1 (N° 265)          

Notices dans le Dictionnaire Historique des Institutions de l'Alsace.

Actualités