Nicolas CHARLES

Professeur agrégé d’histoire

Doctorant – UMR 8138 SIRICE – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Résumé

Entre 1914 et 1918, dix départements français sont occupés par les Allemands. Parmi les civils restés sur place durant cette période troublée, une majorité de femmes. Célibataires ou mariées, celles-ci se retrouvent la plupart du temps seules face aux soldats de Guillaume II qui, pendant plus de cinquante mois, sont présents au quotidien face à elles. Les jeunes femmes se retrouvent donc dans une société sans homme. La figure masculine, à la fois objet de désir et source de protection n'est donc plus là si on imagine que celle-ci est française car, les territoires occupés regorgent en fait d'hommes jeunes, mais il s'agit de l'ennemi. L'Allemand est partout, sa présence devient familière car omniprésente. Figure souvent honnie car ennemie, le soldat allemand n'est pas perçu comme uniforme. Ne serait-ce par ses origines ; l'Empire allemand en 1914 est composé de nombreux états autonomes qui cultivent leurs particularités visibles sur les uniformes. Il y a aussi la fréquentation quotidienne qui joue : le soldat qui vit sous le même toit que des civils français est souvent plus humanisé par ces derniers qui l'appellent par son prénom. Même si c'est un ennemi, des relations amicales, voire intimes peuvent se nouer avec les femmes qui les hébergent, et ce pour diverses raisons. Nous nous attacherons donc dans la communication à étudier plusieurs cas de relations intimes entre des Françaises et des Allemands dans le contexte de l'occupation entre 1914 et 1918 notamment dans les Ardennes.

Nous verrons tout d'abord le cas des prostituées, de toutes ces femmes qui fréquentent l'ennemi pour exercer leur activité professionnelle ou, dans le cas des difficultés nées de l'occupation, pour trouver une subsistance dans les relations intimes tarifées avec l'ennemi. Nous ferons une typologie des différents types de prostitution et nous montrerons comment les Allemands géraient le phénomène prostitutionnel, nécessaire mais parfois problématique, notamment au niveau de la santé des soldats, dans les territoires français occupés.

Nous étudierons ensuite, à partir de différentes archives publiques et privées plusieurs relations intimes suivies entre Françaises et Allemands, en essayant de différencier celles qui sont nées d'un véritable amour entre les deux individus, de celles où la femme s'est donnée au soldat allemand pour y trouver un intérêt car nous verrons dans la suite de notre démonstration que les conséquences pour les femmes sont différentes dans l'après-guerre.

Enfin, dans une dernière partie, nous étudierons les conséquences sociales de ces relations pour les femmes qui les ont commises. Mises au banc de la société, les « femmes à Boches » doivent souvent fuir. Cette fuite peut se faire avec leur amant vers l'Allemagne : nous verrons ici dans quel cadre et avec quelles conséquences pour les Françaises. Mais l'éloignement peut aussi se faire vers d'autres régions françaises, souvent avec un enfant né de l'ennemi. Comment sont-elles perçues dans cette société d'après-guerre où tout ce qui rappelle les Allemands est honni ?

Biographie

Nicolas Charles est professeur agrégé d'Histoire au collège de Monthermé (08). Il est doctorant à l'université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne sous la direction de Nicolas Offenstadt et Alya Aglan sur le thème des « Relations interpersonnelles entre civils français et soldats allemands dans le Nord et les Ardennes occupés entre 1914 et 1918.

Nicolas Charles est membre du comité pour l'évaluation scientifique de la Mission du Centenaire 14-18 dirigé par Arndt Weinrich.

Nicolas Charles a été co-organisateur avec Stéphane Tison du colloque « Reconstruction(s) : les sorties de guerre dans les Ardennes (1918-1930) » les 1 et 2 février 2019 à Charleville-Mézières.

Nicolas Charles est le secrétaire de la rédaction de la revue Historiens et Géographes depuis 2019.

Bibliographie sélective

Livres :

Enseigner 14-18 : les mémoires de la Grande Guerre, avec Yohann Chanoir et Marie-Claire Ruiz, éditions CANOPÉ, 2015. (site internet dédié)

La Grande Guerre dans les Ardennes, études pour le centenaire, ouvrage collectif, éditions Terres Ardennaises, 2014. Ouvrage collectif sous la direction de Jacques Lambert.

Destins liés : occupés et occupants des Ardennes (1914-1918), ouvrage collectif, éditions Terres Ardennaises, 2018. Ouvrage collectif sous la direction de Jacques Lambert.

Reconstruction(s) : actes du colloque de Charleville des 2 et 3 février 2019, Co-direction de l'ouvrage avec Stéphane Tison, Presses Universitaires du Septentrion, à paraître fin 2019.

Articles :

« Accueillir les réfugiés ardennais à Paris entre 1914 et 1918 », revue Viaggiatori n°2 (en ligne, Naples, Italie), mars 2018. pp.315-352. www.viaggiatorijournal.com/cms/cms_files/20180302121639_ztlj.pdf

« Les Boches du Nord : comment les Français voyaient les femmes évacuées des territoires occupés », Revue ILCEA n°44, Université de Grenoble, en ligne le 15 janvier 2019. journals.openedition.org/ilcea/5764 ; DOI : 10.4000/ilcea.5764

Nombreux articles pour la revue Historiens et Géographes.

Actualités